Bien commencer sa journée en méditant de pleine conscience dans les transports en commun

CapteursDideesLa méditation de pleine conscience est un sujet populaire de discussions, d’articles scientifiques, dans la presse et même dans les discussions à la machine à café. Les bénéfices ont été prouvés scientifiquement par de nombreuses études : la méditation de pleine conscience modifie les structures du cerveau selon les sollicitations. Les circuits fréquemment utilisés se consolident et se développent ; ceux qui servent peu s’étiolent et rapetissent. Cette souplesse du cerveau est appelée neuroplasticité.

 

Les résultats de cette étude ont mis en évidence que la méditation exerce un haut niveau d’activité dans les parties du cerveau qui contribuent à former les émotions positives, comme le bonheur, l’enthousiasme, la joie et la maitrise de soi ; un niveau d’activité moindre dans les parties du cerveau reliées aux émotions négatives, comme la dépression, l’égocentrisme, le manque de bonheur ou l’insatisfaction ; un apaisement de la zone du cerveau qui déclenche la peur et la colère ; la capacité à atteindre un état de paix intérieure même lorsqu’on est confronté à des circonstances extrêmement perturbantes ; et enfin, une aptitude inhabituelle à l’empathie et à l’écoute profonde des émotions d’autres personnes.

 

Cependant, il n’est pas toujours facile de commencer sa journée de façon complètement sereine avec ce qui se passe autour de soi et dans le monde. En particulier, le matin conduire sa voiture pour aller au travail peut devenir une routine plutôt laborieuse. Le transport en commun constitue une alternative et une idée de génie afin de pouvoir méditer en pleine conscience dans le bus, métro ou train. Vous souhaitez vraisemblablement être ailleurs particulièrement si vous vivez toutes sortes d’émotions : peur, irritation, épuisement, agacement, colère, frustration, méfiance, intolérance. Reconnaissez-les sans chercher à rien changer : elles sont déjà là de toute façon. Et laissez-les passer, comme des nuages qui passent dans le ciel.

 

Prenez conscience du fait que vous n’êtes pas seul à vivre ces émotions, ni à passer un moment désagréable. Regardez autour de vous, regardez vos voisins. Pour eux non plus, cela n’a pas l’air très confortable ! Tout comme vous, chacun de vos voisins a des peurs, des contraintes professionnelles, familiales, des impératifs, des choses qui le tracassent, des moments de joie et des frustrations. Tout comme vous, eux aussi voudraient être ailleurs… Peut-être pouvez-vous initier un demi-sourire bienveillant, en reconnaissant que, pour personne, ce n’est facile tous les jours… Et pousser l’expérience jusqu’à souhaiter mentalement à une ou deux personnes au hasard à côté de vous d’être heureuse, d’être en paix… Voyez ce qui se passe alors en vous, sans juger, sans vous laisser entrainer par vos pensées.

 

Voilà la beauté de la méditation en pleine conscience pratiqué dans les transports en commun et qui procure à votre cerveau une neuroplasticité qui l’épanouie tout au long de sa vie.