Cerveau et Apprentissage : le pourquoi du comment de la mémoire ?

Echo_CherineFahim

Veuillez cliquer sur le lien ci-dessus pour en savoir plus!

À chacun son cerveau, à chacun ses expériences de la vie, à chacun sa méthode d’apprentissage ! C’est vrai qu’on partage, à la naissance, le même nombre de neurones, cependant c’est les évènements uniques de chacun de nous qui vont façonner le cerveau pour le préparer à apprendre. Quand un enfant naît, son cerveau dispose d’environ 100 milliards de neurones, qui sont responsables de transmettre l’information nerveuse. Ils sont organisés en réseaux qui ont chacun des fonctions spécifiques dans différentes régions du cerveau. À la naissance, La plupart des neurones ne sont pas encore reliés les uns aux autres. C’est en réponse aux stimulations provenant de son environnement que les neurones se connecteront.

Lorsque l’enfant fait de nouvelles découvertes par l’apprentissage, des connexions se forment, d’autres se renforcent, d’autres s’affaiblissent et certaines disparaissent (si on ne les répète pas ou on ne les utilise pas). L’efficacité des synapses est donc influencée par les informations qui sont reçues par le cerveau. Cette capacité du cerveau à s’adapter en réaction à son environnement est essentielle à l’apprentissage.

L’apprentissage est la principale activité du cerveau, c’est-à-dire modifier constamment sa structure pour mieux refléter les expériences rencontrées. On peut dire aussi que l’apprentissage correspond à l’encodage, première étape du processus de mémorisation. Le passage de la mémoire à court terme (ou la mémoire de travail) à la mémoire à long terme s’effectue grâce à l’hippocampe, dont la forme incurvée rappelle la queue d’un hippocampe marin. L’hippocampe est une partie très ancienne du cortex situé dans le repli interne du lobe temporal.

Ainsi, chaque forme de mémoire : court-terme (ici et maintenant à quelques minutes, heures au maximum), long-terme (épisodes de notre vie, des jours, des semaines, mois et des années), mémoire spatiale et du savoir-faire manuel, repose sur l’activation de circuits spécifiques où l’information est codée sous forme de motifs temporels d’activité des neurones, formés par des trains d’impulsions électriques et chimiques rythmés qui se propagent spatialement dans ces vastes réseaux neuronaux.

Les signaux de l’environnement, après excitation des analyseurs sensoriels des organes des sens, déclenchent des activations neuronales qui cheminent dans les voies de traitement sensoriel pour être encodés dans les régions corticales spécialisées (toucher, visuelles, auditives, olfactives, gustatives).

Le Cahier de référence pour les professionnel.le.s « Promouvoir la santé psychique des adolescente.s »

Le cerveau est comme une forêt :

https://www.youtube.com/watch?v=a2e6ixoJ-3g

  • Pour créer de nouvelles connexions dans le cerveau, les axones doivent être prolongées pour aller toucher les dendrites d’un autre neurone.
  • Les neurones qui s’activent ensemble finissent par se connecter ensemble à la suite des apprentissages mais ce sont les actions répétées qui renforcera leur connexion.
  • Les connexions neuronales deviennent de plus en plus efficaces et mènent à l’automatisation des processus liés à une certaine tâche et donc à la résolution plus faciles de certains problèmes.
  • Mais si on ne marche pas pendant un bon bout de temps dans les sentiers créés par la forêt, la végétation reprend sa place. Les réseaux de neurones non utilisés finissent par se déconnecter progressivement.À la naissance, le cerveau est nettement moins développé que chez les autres primates. Sa maturation se fera plutôt pendant les premières années de vie. La plupart des neurones ne sont pas encore reliés les uns aux autres. C’est en réponse aux stimulations provenant de son environnement que les neurones se connecteront. Cette connexion entre deux neurones s’appelle une synapse. Nos apprentissages, expériences et mémoires y sont logés.  Les synapses continuent donc à évoluer, et de nouveaux réseaux de neurones sont créés. Lorsque l’enfant fait de nouvelles découvertes, des connexions se forment, d’autres se renforcent, d’autres s’affaiblissent et certaines disparaissent. L’efficacité des synapses est donc influencée par les informations qui sont reçues par le cerveau. Cette capacité du cerveau à s’adapter en réaction à son environnement est essentielle à l’apprentissage.
    • Durant l’enfance et encore une fois à l’adolescence le cerveau obéit à l’élagage synaptique : Un des mécanismes de la neuro-plasticité est : les connexions entre les neurones sont constamment éliminées ou renforcées selon qu’elles sont peu ou beaucoup utilisées.
    • Une “branche neuronale” qui ne sert plus est ainsi éliminé au profit de branches plus utiles.
    • Cela correspond à l’apparition, à la disparition ou a la réaffectation de certaines structures dans le cerveau.
    • On peut faire une analogie avec des chemins et des routes : plus un chemin de neurones, correspondant à une activité spécifique, est utilisé, plus le cerveau va lui attribuer de la place.
    • Les tâches quotidiennes ont leur autoroute et sont quasiment effectuées de façon automatique.
    • Les activités ponctuelles qui surviennent deviennent des chemins de montagne abandonnés. D’où l’importance de l’entrainement !

Pour en savoir plus veuillez visiter le lien de SantéPsy https://www.santepsy.ch/media/document/0/brochure-sp-colloque2020-siteweb.pdf

Un grand merci à http://www.bataclown.com